samedi 13 janvier 2018

Nous avons toujours vécu au château

« Je m'appelle Mary Katherine Blackwood. J'ai dix-huit ans, et je vis avec ma soeur, Constance. J'ai souvent pensé qu'avec un peu de chance, j'aurais pu naître loup-garou, car à ma main droite comme à la gauche, l'index est aussi long que le majeur, mais j'ai dû me contenter de ce que j'avais. Je n'aime pas me laver, je n'aime pas les chiens, et je n'aime pas le bruit. J'aime bien ma soeur Constance, et Richard Plantagenêt, et l'amanite phalloïde, le champignon qu'on appelle le calice de la mort. Tous les autres membres de ma famille sont décédés. »


Mon avis

Ambiance grand château et mystère autour de la mort de ses habitants. Tout était fait pour me plaire. Malheureusement, le roman s’est révélé un peu trop court pour que l’intrigue prenne réellement.

Le château a toujours fait partie de cette petite ville. Les habitants de la ville ne préfèrent pas s’en approcher, et rêvent de voir partir les trois dernières personnes de cette illustre famille. Tout le monde sait que quelque chose d’atroce, un meurtre, a eu lieu entre ces murs, mais personne ne sait exactement ce qu’il s’est passé. Les bourgeois de la ville se permettent encore de s’inviter pour le thé, histoire de glaner quelques détails qu’ils ne connaîtraient pas encore sur cette tragique affaire.

Les personnages sont attendrissants, au début. Mary-Katherine est la plus jeune des sœurs. Pleine d’imagination, elle protège le château à sa façon. Pour elle, rien ne compte plus que sa sœur, vivre avec elle et n’être dérangée par personne. Constance est l’aînée, et l’accusée. Innocentée, elle porte pourtant sur elle encore toute la culpabilité du drame. Il lui est impossible de sortir et d’affronter le monde. C’est d’ailleurs toujours Mary-Katherine qui est chargée de faire les courses. L’oncle est le plus drôle. Il a failli y passer lors du fameux soir, mais s’en est sorti. Il en garde des séquelles, et ne sera plus jamais le même. Aigri et un peu fou, il n’hésite pas à abuser un peu de cette folie pour faire tourner les curieux en bourrique.

Ce trio est donc attendrissant, mais se détériore rapidement. Ce qui va avec l’intrigue finalement. On a l’impression d’avoir cueilli des fleurs, et de les voir se faner petit à petit. De plus, un personnage supplémentaire va faire son entrée, et accélérer par mal d’événements. J’ai aimé ces passages. On sent que le pire n’est pas encore arrivé, que tout peut s’écrouler en l’espace d’une page.
J’aurais voulu en avoir plus, car j’ai trouvé le roman trop court pour son intrigue. L’autrice aurait facilement pu approfondir certains aspects. En outre, comme la folie a une grande importance, elle méritait d’être montrée encore plus. Je suis restée un peu sur ma faim. On n’entre pas assez dans les détails, ce qui fait que l’attachement n’est pas là.

La révélation est très bonne. On l’a soupçonnée depuis le début, mais rien ne nous le confirme avant les dernières pages. La fin est un peu tirée par les cheveux, j’avais de la peine à l’imaginer et à la trouver réaliste.


Autrice : Shirley Jackson
Editeur : Rivages
Collection : Rivages-Noir
Parution : 19 septembre 2012
Pages : 234
EAN-13 : 9782743623982


2 commentaires:

  1. Le résumé donne carrément envie mais ton article me fait presque passer mon chemin...

    RépondreSupprimer
  2. Encore un très bon article ! Si je tombe dessus je le lit ! Bonne continuation !

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...