samedi 30 septembre 2017

Sorcière, tome 2 : Le cercle

Je ne suis pas celle que je pensais être. Je ne suis pas une fille comme les autres. Je suis la sorcière d'un des Sept Clans. Ma sœur et moi n'avons pas le même sang... Au sein de notre Cercle, je suis trop puissante, maintenant, trop différente pour me sentir à ma place. J'ai l'impression d'être seule au monde. Heureusement, j'ai Nicolas. Il me dit qu'il m'aime et j'ai besoin d'y croire...


Mon avis

Après le Marion Zimmer Bradley, je voulais une lecture rapide. Dans le cadre du Pumpkin Autumn Challenge, j’ai choisi de continuer la série Sorcière de Cate Tiernan. Le premier tome m’avait fait bonne impression, avec un traitement des sorcières très différent de ce qu’on a l’habitude de lire. Ici, on ne parle pas vraiment de pouvoir magique, mais plus de sensations, avec l’art de la Wicca.

Le découpage est très court dans cette édition. Alors que la version française tenait en 5 volumes, la version québécoise s’étale sur 15 tomes ! Ce qui est carrément frustrant pour le porte-monnaie. Mais beaucoup plus agréable à l’œil, car les couvertures québécoises sont vraiment canon, contrairement aux françaises.

Ce tome 2 apporte pas mal de réponses sur les origines de Morgan. À la fin du premier tome, on apprenait qu’elle était une sorcière de sang, il faut donc que ses deux parents soient des sorciers. Avec cette recherche arrive également la première vraie relation de notre héroïne. Qui, bien sûr, n’est pas très jolie, et qui n’a jamais rien connu de sérieux. On y parle également beaucoup et surtout d’amitié, de celles qui se déchirent pour des broutilles et qui font partie de la vie.

Ce roman est son écriture restent très jeunesse. Ça se lit vite et bien. Le thème est sympa et bien traité. Mais clairement, pour la profondeur des personnages, on repassera.
La fin laisse Morgan dans une sale situation, mais bizarrement, j’ai peur de déjà connaître la suite et les intentions de certains personnages. J’espère que l’autrice me fera quelques surprises, histoire que je ne devine pas tout.


Autrice : Cate Tiernan
Éditeur : ADA
Collection : -
Parution : 2010
Pages : 342

EAN-13 : 9782896671380

lundi 25 septembre 2017

La chute d'Atlantis

Atlantis, le royaume de la mer, est régi par un système de castes, dans lequel chacun trouve sa place. La belle Domaris, fille aînée du grand prêtre Talkannon, a choisi de devenir une "initiée" : sous la férule du sage Rajasta, prêtre de la Lumière, elle devra donc apprendre les arcanes de la magie pour le bien de tous. La fougueuse Déoris, sa cadette, s'apprête à suivre la même voie. Mais l'arrivée du prince atlante Micon, mutilé par les tuniques noires-des prêtres qui pratiquent la sorcellerie, contrairement au code d'Atlantis-, va totalement bouleverser leur existence. Domaris va s'éprendre de Micon ; quant à Déoris, elle va se laisser séduire par l'adepte Rivéda, qui hésite entre la lumière et les ténèbres et que seul l'amour pourrait sauver.


Mon avis

Mon amour pour la duologie des Dames du lac de Marion Zimmer Bradley n’est plus à prouver, je vous bassine les oreilles avec depuis des années. Quand j’ai appris que par après, elle s’était amusée à écrire des préquels, je me suis dit qu’une relecture dans l’ordre pourrait être fun ! Je précise : il est important de lire dans l’ordre Les dames du lac et ensuite Les brumes d’Avalon. Les autres titres peuvent être lus dans le désordre, ou pas lus du tout, ça ne changera pas votre compréhension des Dames du lac.

La chute d’Atlantis serait donc le premier tome. J’ai peiné à le trouver, car il n’est plus édité. Après réception, je me suis jetée dessus, pour en ressortir assez déçue. Je ne m’attendais pas à quelque chose de révolutionnaire. Mais je souhaitais apprendre quelque chose en plus.
Ce roman est construit de façon très maladroite. Finalement, il pourrait se résumer en quelques pages du début à la fin. Bradley a simplement ajouté énormément de fioritures et de détails inintéressants. Ce que je retiens, ce sont les premiers cultes, les différences entre les prêtresses et l’histoire des deux sœurs Domaris et Deoris.

Domaris est la grande sœur, prêtresse de Lumière par excellence. Son chemin est tout tracé et elle vit paisiblement sa vie. Jusqu’au jour où l’Atlante Micon se fait prendre en charge par son père. Alors qu’elle est promise à un autre homme, Domaris tombe bien sûr amoureuse du prince étranger. Pas de grande surprise. Beaucoup de jalousies et de règlements de compte.
Deoris est plus jeune et elle prendra le chemin inverse de sa sœur. Pourtant, dans leurs différences, les deux sœurs vont vivre des expériences similaires. Et très peu innovantes.
J’ai trouvé les personnages terriblement clichés. En levant plusieurs fois les yeux au ciel, je me disais que l’autrice les avait décrits ainsi pour qu’ils collent à leur époque. C’est l’excuse que j’ai trouvée. Mais aucun n’est très malin. Le rythme est très lent au début, pour être trop rapide à la fin. Il y a un manque de régularité flagrant. Je ne reprenais pas ma lecture avec plaisir, et je voulais avancer simplement pour connaître la fin. Faire le lien avec la suite.
En lisant le résumé de la suite, Les ancêtres d’Avalon, j’ai retrouvé les noms des personnages de la fin de La chute d’Atlantis et j’espère que le suivant sera plus innovant.

C’est un tome 0, une sorte d’introduction aux cultes d’Avalon, qui peut être très intéressant pour justement faire le lien avec ce que deviendront les croyances de Viviane et Merlin. C’est finalement ce que je vais retenir de cette lecture.


Autrice : Marion Zimmer Bradley
Editeur : Pocket
Collection : Science-Fiction
Parution : 2 avril 1998
Pages : 491
EAN-13 : 9782266083492



vendredi 22 septembre 2017

Harry Potter en saturation

Une nouvelle collection chez Primark, Funko Pop, Gallimard et Huginn & Muninn, Harry Potter est partout pour cette rentrée 2017. Le premier tome sortait il y a 20 ans. Aujourd’hui, nous avons droit à tout et n’importe quoi version Harry Potter, de quoi faire chauffer les porte-monnaie de nombreux fans.

Je suis facilement et souvent tombée dans le panneau. Une tasse. Une Pop. Un livre. Une baguette. Une écharpe... Bref, la liste est longue. Des goodies Harry Potter, j’en ai. Beaucoup. Trop ? Je pense m’être arrêtée au bon moment. Je le redis rapidement, on n’a pas besoin de prouver matériellement à quel point on aime un livre ou un univers. Je me souviens de ce commentaire qu’Emilie avait reçu, lui reprochant de ne pas être une « vraie Potterhead », car elle n’avait pas de baguette.

Jamais je ne taperai sur les fans ! Finalement, ils trouvent tout ça à leur goût et achètent pour leur plaisir. Ce que je comprends parfaitement. Je juge plus facilement les magasins et les éditions qui « profitent » des fans. Refaire un énième livre sur des croquis et l’art des films. Décliner en plusieurs autres livres, le contenu d’un seul gros. Refaire des tasses et des pyjamas. Refaire des figurines de personnages possédant déjà la leur. Tout ce que je vois, c’est : argent, argent, argent !



Harry Potter est une merveilleuse saga. Je l’aime tellement qu’elle est encrée sur mon poignet. Mais où est la nécessité d’avoir un exemplaire similaire de ce que je possède déjà ? Bien sûr, mon regard plus minimaliste et mon mode de vie viennent me faire m’interroger sur tout ça. C’est quelque chose que je n’aurais peut-être même pas soulevé il y a deux ans.

Cette rentrée Harry Potter, je vais craquer pour la version illustrée du troisième tome. Peut-être une Pop. Et sans honte. Sans gêne. Pourquoi ? Car je sais, avant même de les acheter, à qui ce sera utile plus tard. Mais finalement, toutes ces éditions différentes d’un seul et même livre, est-ce vraiment nécessaire ? Avons-nous besoin de ce livre à un prix exorbitant qui nous montre l’envers du décor, alors qu’on en a déjà un. Sûrement que certaines choses ne sont pas pareilles d’un livre à l’autre (ils ne sont pas fous, refaire exactement la même chose serait trop flagrant). Est-il nécessaire également d’avoir une nouvelle tasse ? Un nouveau pyjama et un nouveau t-shirt de notre maison ? Pour les montrer ? Prouver par une photo « ça y est ! Je les ai ! » ? Je ne vous blâme pas, vous qui allez craquer, et j’espère que ces articles vous feront plaisir. Je me demande simplement jusqu’où il faut aller avec la fan attitude.


mercredi 20 septembre 2017

Block 46

Falkenberg, Suède. Le commissaire Bergström découvre le cadavre terriblement mutilé d'une femme.
Londres. Profileuse de renom, la ténébreuse Emily Roy enquête sur une série de meurtres d'enfants dont les corps présentent les mêmes blessures que la victime suédoise : trachée sectionnée, yeux énucléés et un mystérieux Y gravé sur le bras.
Étrange serial killer, qui change de lieu de chasse et de type de proie...
En Suède, Emily retrouve une vieille connaissance : Alexis Castells, une écrivaine pleine de charme spécialisée dans les tueurs en série. Ensemble, ces deux personnalités discordantes se lancent dans une traque qui va les conduire jusqu'aux atrocités du camp de Buchenwald, en 1944.


Mon avis

Merci à la diffusion suisse de Bragelonne pour cet envoi (ainsi que sa suite). Je l’ai lu en lecture commune avec Moment lecture.

La quatrième de couverture prévient : âmes sensibles s’abstenir. En effet, selon les scènes, mieux vaut avoir l’estomac un minimum accroché. Le tueur n’y va pas avec le dos de la cuillère… enfin, ça dépend pour quoi. L’histoire avance assez vite, une fois passé le cap des 70-80 premières pages. Le roman commence lors de la découverte d’un corps en Suède début 2014. Et souvent, les chapitres reviennent sur des faits qui se sont produits en 1944 dans le camp de Buchenwald. Difficile de faire les liens au départ, et c’est voulu.
L’intrigue est bien menée et l’autrice sait nous aveugler. Jusqu’aux dernières pages, j’ai cru à quelque chose, et je trouvais cela beaucoup trop simple. Je voyais la déception venir. Finalement, et heureusement, l’autrice nous réserve un beau retournement de situation, et c’est sympa.

J’ai eu plus de peine avec les personnages. Alexis, le personnage qu’on rencontre en premier, écrit sur les tueurs. Elle est une amie très proche de la victime en Suède, et va mener l’enquête comme elle peut pour comprendre ce qui est arrivé à son amie. C’est une personne très tendre, qui a été blessée par le passé et cette plaie peine à se refermer. Mais Emily est le personnage le plus marquant. Profileuse de renom, elle agit vite et bien. C’est une personne pragmatique, qui pense plus vite que les autres. J’ai beaucoup aimé ce personnage franc, et parfois froid. Elle arrive à sceller certaines de ses émotions durant les intrigues pour ne pas se faire attendrir. La fin nous la fait entrevoir différemment, avec une sensibilité qui nous avait été cachée durant tout le roman. Le tueur est fort, mais un peu con. L’identité du tueur est bluffante, mais ses actes sont trop irréfléchis, on comprend rapidement qu’il va se faire avoir par ce manque d’attention. Finalement, son pygmalion est plus intéressant.

On découvre aussi la Suède et ses coutumes. On voit peut-être trop peu les villes. Difficile de visualiser des endroits qui ne sont pas un minimum décrits. J’aurais aimé en voir plus.
Sinon, l’atmosphère glaçante et l’ambiance glauque des camps sont très bien retranscrites. L’autrice joue beaucoup sur les odeurs du camp de concentration, tous les sens sont sollicités et essaient de nous transmettre toute l’horreur.


Autrice : Johana Gustawsson
Éditeur : Bragelonne
Collection : Thriller
Parution : 21 octobre 2015
Pages : 328
EAN-13 : 9782352949091


lundi 18 septembre 2017

Charley Davidson, tome 7 : Sept tombes et pas de corps

Faucheuse brillante et détective privée, Charley Davidson doit affronter de nombreux problèmes. Alors qu'elle est traquée par une meute de chiens diaboliques, son père disparaît au cours d'une enquête mystérieuse, le souvenir de son ancienne meilleure amie la poursuit constamment et une célébrité locale tombe sous le charme de son fiancé.


Mon avis

Peut contenir des spoils sur les tomes précédents de la saga. Pour voir mes précédents avis, rendez-vous au sommaire.

La fin du tome 6 nous laissait sur une révélation de dingue ! La suite était donc indispensable, pas trop tardivement (moi + les sagas = je prends du retard tout le temps !). Du coup, sachant que ma petite Moody avait une panne de lecture, j’ai décidé de la consoler avec Reyes Farrow en lui proposant une lecture commune. Sachez-le, Reyes est un excellent remède, à à peu près tout et n’importe quoi.

Merci Darynda Jones d’ENFIN se concentrer sur l’intrigue principale, à savoir le rôle de Charley et Reyes dans leur combat contre Satan. Les précédents tomes prenaient leur temps pour nous apporter des réponses, et les enquêtes de Charley prenaient beaucoup de place. Laissant le lecteur pas mal dans le flou concernant le gros morceau de l’intrigue.
Comme à son habitude, le style est entraînant et plein d’humour. Je ris souvent toute seule en lisant ces romans, et ça fait du bien. Le seul reproche que je pourrais leur faire, c’est que souvent, les actions vont vite et ne décrivent pas en détail les scènes, du coup il est difficile de visualiser correctement ce qu’il se passe, surtout lors de moments pleins de rebondissements.

Charley est enceinte, et le petit Pépin de pomme en elle est certainement la clé du gros problème (Satan). Son but est de le protéger avant tout, mais vous connaissez Charley, impossible pour elle de tenir en place et dès que les ennuis approchent, elle fonce tête la première. La Faucheuse se découvre également de nouveaux pouvoirs, qu’elle apprend à maîtriser comme elle peut. De simple passage pour morts, elle devient un être vraiment très puissant, elle-même ne contrôle encore que très peu tout ça, mais les résultats quand elle essaie de se surpasser sont bluffants ! Si Reyes vous manquait, vous serez heureux d’apprendre qu’il est très présent, et surtout très protecteur. Si vous vous demandiez comment on peut guérir de plaies avec un rouleau de scotch, la réponse est dans le bouquin.

À part quelques soucis de visualisation, ce septième tome est vraiment bon ! Les réponses arrivent enfin, les choses se mettent concrètement en place, et ça fait du bien.
La suite est déjà dans la biblio, et je vais tâcher de l’en sortir rapidement.


Autrice : Darynda Jones
Editeur : Milady
Collection : Bit-Lit poche
Parution : 28 août 2015
Pages : 432
EAN-13 : 9782811215217


mercredi 13 septembre 2017

Vers le minimalisme : les vêtements

Aujourd’hui je m’attaque au dressing. Ce dernier n’a jamais été très foisonnant. Mais j’étais la reine de l’achat impulsif, et de l’oubli dans la penderie de cet achat en question. Souvent, je trouve des pièces magnifiques en magasin, et une fois chez moi, je me demande bien quand et avec quoi je pourrais les mettre. Pour finir, elles restent pendues à un cintre, ou pliées en quatre pendant des mois.



Dernièrement, quand je me suis mise à penser zéro déchet, j’ai aussi pensé minimalisme. Et j’ai fait un super tri dans l’armoire. Ma grossesse m’a également fait voir que je mettais constamment les mêmes vêtements, et que ceux que je ne pouvais plus vraiment mettre durant cette période ne me manquaient pas. Un gros sac est enfin parti vers la Croix-Rouge, et j’y vois plus clair dans mon armoire.

Aujourd’hui, j’ai décidé d’arrêter d’acheter des vêtements. Ça semble un peu radical comme ça, mais finalement, ce n’est pas très compliqué. Je le fais sans m’en rendre compte depuis plusieurs mois. Quand il me manquera cruellement une pièce, je vais essayer de l’acheter soit en seconde main, soit neuve, mais fabriquée de manière plus éthique. Le but est de ne plus injecter de l’argent dans une pièce neuve et peu chère, qui va me lâcher au bout de quelques mois ou années. Les vêtements durables, quand on est un adulte, ce n’est pas de l’argent jeté par les fenêtres, au contraire. Selon notre métier ou nos activités, nous sommes assez grands pour prendre soin de nos affaires. Ces vêtements sont censés durer des années. Le fameux « je n’ai plus rien à me mettre » ne m’est plus arrivé depuis des mois. Maintenant, je connais mes envies et mon corps et je sais dans quels vêtements je suis bien, ceux que je peux mettre pour sortir, pour travailler, pour cocooner le dimanche chez moi etc. De chaque je ne possède plus que quelques pièces, et je m’en contente largement. Est-ce que la robe de la vitrine est vraiment nécessaire ? Elle est belle, mais j’en ai d’aussi belles dans mon armoire. Et finalement, si je n’y pense plus au bout d’une semaine, c’est qu’elle n’était pas assez belle, ou pas nécessaire à ma penderie.

L’impact ? Sur mon porte-monnaie, mon temps et la place dans mon armoire. Économie de temps et d’argent, et plus de place dans mon armoire pour y voir plus clair.


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...